Strict Standards: Non-static method JSite::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/clients/57e856cc909b473dde3f3e3015fc17a8/famille-gos/templates/yoo_steam/layouts/com_content/article/default.php on line 13

Strict Standards: Non-static method JApplication::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/clients/57e856cc909b473dde3f3e3015fc17a8/famille-gos/includes/application.php on line 539

Renée Gos

Publié dans Famille Gos

1881 – 1971

Nièce d’Albert en ligne directe, est journaliste indépendante et connue sous le nom de plume de CHIFFON.  Elle fut chroniqueuse dans divers journaux suisses. Auteure de contes et saynètes, de billets d’humeur, elle participa activement au progrès de la cause féminine.

La cousine Renée est la fille de Théodore, frère d’Albert GOS. Journaliste, et connue sous son nom de plume « Chiffon », elle collabore à divers journaux, « La Tribune de Genève », « La Partrie Suisse », « Femme d’aujourd’hui ».

Durant plus de 20 ans, signe sa chronique hebdomadaire dans le quotidien genevois « Entre femmes », billets fort appréciés du public.

Femme de voix

Elle écrit des messages de circonstance, des petits contes philosophiques, des pages poétiques au fil des saisons, des comptes-rendus sur la mode, ainsi que des saynètes pour enfants ; aussi des pages d’humeur, mais tout en douceur et en finesse. Elle contribue à faire avancer la cause des femme, en entretenant un abondant « courrier des lectrices » dans différents journaux.

Active dans les milieux littéraires, elle put rencontrer et faire connaître les figures majeures qui déployèrent leur talent à Genève, comme Greta PROZOR, Lydie MALAN, Laure CHOISY, Marcelle MOYNIER avec qui elle participa à la belle aventure du Théâtre des Marionnettes. Avec son collègue journaliste Georges VERDENE, elle était aussi très assidue dans le cénacle du poète Jean VIOLETTE.

En fin de vie, elle fut résidente à la Maison de retraite de Vessy - Genève -, et fonda le journal interne de l’institution : « La Plume Dorée », qu’elle initia, du fait de son expérience, avec enthousiasme et sérénité. Elle était aussi discrète qu’effacée, en mettant tout son talent au service d’autrui.